Un régime alimentaire équilibré

Pour les patients souffrant d’un déficit en alpha-1-antitrypsine, une alimentation équilibrée est essentielle pour une bonne fonction pulmonaire. Une alimentation saine peut influencer positivement la fonction pulmonaire. Par exemple, la fonction musculaire est améliorée, tout comme la respiration. En outre, le système immunitaire est renforcé.


L’approvisionnement en énergie et donc en kilocalories (kcal) est d’une importance cruciale pour les Alpha. Un patient présentant un déficit en alpha-1-antitrypsine doit viser un poids normal. L’indice de masse corporelle (IMC, le rapport entre le poids et la taille du corps) devrait idéalement se situer entre 18 et 25. L’IMC est calculé comme suit : poids du corps en kilogrammes divisé par la taille en mètres carrés.
Les patients souffrant d’un déficit en alpha-1-antitrypsine ont un besoin en énergie respiratoire plus élevé, de l’ordre de 500 à 600 kcal par jour. Outre l’apport énergétique basé sur les besoins, l’apport des bons nutriments est également important, en particulier les trois plus importants : les protéines, les graisses et les glucides. Les protéines sont un élément de base important pour le corps humain. Les patients souffrant d’un déficit en alpha-1-antitrypsine ont un plus grand besoin de protéines. Le besoin énergétique d’un Alpha est de 1,5 g de protéines par kg de poids corporel/jour, soit environ 20 % de l’énergie totale.

Protéines animales et végétales

Les protéines animales se trouvent principalement dans les aliments tels que la viande, le poisson, les œufs et les produits laitiers. Les légumineuses et le soja contiennent des protéines végétales de haute qualité. Les combinaisons d’aliments, telles que les pommes de terre avec des œufs ou des produits laitiers, ou les céréales avec des œufs ou des produits laitiers, augmentent la valeur des protéines. Comme les patients atteints d’un déficit en alpha-1-antitrypsine ont souvent du mal à digérer de gros repas, il vaut mieux qu’ils prennent plusieurs petits repas pour satisfaire à leurs besoins caloriques et nutritionnels. Un quart de plat, un yaourt ou une boisson à base de lait, par exemple, sont des en-cas sains. Si vous le souhaitez, les repas peuvent également être enrichis avec des poudres de protéines. On peut les mélanger avec des soupes ou des sauces.
Les patients atteints d’un déficit en alpha-1-antitrypsine peuvent activer leur respiration en surveillant leur quotient respiratoire. C’est le rapport entre la quantité de CO2 libérée pendant la respiration et la quantité d’oxygène absorbée. Pour les glucides, elle est de 1, pour les lipides, de 0,7 et pour les protéines, de 0,8. Selon ce principe, il faut consommer moins de glucides et plus de graisses saines. Les patients souffrant d’un déficit en alpha-1-antitrypsine ne devraient absorber que 40 % de l’énergie totale sous forme de glucides. Les produits complets, deux portions de fruits et trois portions de légumes par jour y contribuent. Les sucreries telles que les bonbons, le chocolat, les gâteaux, les pâtisseries ou les boissons sucrées comme le coca cola et la limonade sont autorisées en petites quantités.

Des graisses saines avec beaucoup d’acides gras oméga-3

Les graisses saines contenant beaucoup d’acides gras oméga-3, comme l’huile d’olive, l’huile de tournesol, l’huile de soja, l’huile de lin et l’huile de noix, devraient fournir les 40 % restants de l’énergie totale. Les poissons tels que le saumon, le hareng, le maquereau, le thon et la sardine, et les noix telles que les noix de cajou et les noix de macadamia sont également d’excellentes sources d’acides gras oméga-3. Il est recommandé de ne pas consommer plus de 300 à 600 grammes de viande ou de saucisses par semaine. Le poisson doit figurer au menu deux fois par semaine. Trois œufs par semaine, c’est bien.
Il est recommandé de boire 1,5 à 2 litres par jour, car une trop grande quantité de liquide sollicite les poumons. Un faible taux de phosphore dans le sang endommage les poumons. Cependant, si les recommandations concernant la viande/le saucisson, les produits laitiers, les produits complets et les noix sont suivies, il n’y a pas de danger.

Les Alpha qui ne prennent pas d’immunosuppresseurs (médicaments qui suppriment leur système immunitaire) peuvent renforcer leur système immunitaire grâce à des aliments riches en fibres et en oméga-3, des produits laitiers acidifiés, des herbes fraîches, des épices, du thé vert ou du thé au gingembre et de l’exercice.

Article d’Annette Müller, diététicienne, nutritionniste dans le domaine de l’allergologie

Comment le déficit en alpha-1-antitrypsine affecte-t-il le foie et quelles sont les conséquences sur la nutrition ?

L’alpha-1-antitrypsine est une protéine produite dans le foie et qui protège l’organisme (en particulier les poumons) contre les enzymes propres à l’organisme qui déclenchent les processus inflammatoires. Des modifications mineures de la structure de l’alpha-1-antitrypsine, comme on le voit dans le cas d’un déficit en alpha-1-antitrypsine, empêchent la libération de l’alpha-1-antitrypsine du foie dans le sang. Cela entraîne une accumulation d’alpha-1-antitrypsine dans le foie, qui peut provoquer de graves lésions hépatiques, une cirrhose et des tumeurs du foie. Les maladies du foie telles que la cirrhose, l’insuffisance hépatique ou le cancer du foie sont la deuxième cause majeure de décès d’un patient atteint d’un déficit en AAT.

Dans le cas de troubles hépatiques de cause inconnue, la recherche sur le déficit en alpha-1 antitrypsine doit toujours être envisagée. En particulier chez les patients de moins de 45 ans qui sont des fumeurs actifs ou exposés à des substances nocives, ou ceux de la famille souffrant d’une maladie hépatique ou pulmonaire ou d’un déficit en alpha-1-antitrypsine.

Il est conseillé aux patients souffrant d’un déficit en alpha-1-antitrypsine de faire contrôler régulièrement leurs valeurs hépatiques. Si les valeurs du foie changent, comme l’ALAT, l’ASAT, la gamma-GT, l’AP, la jaunisse et l’hypertrophie du foie, il est souhaitable de procéder à un examen plus approfondi.

Une alimentation saine qui renforce le système immunitaire et est riche en vitamines (vitamine A, vitamine D, vitamine C), le fait d’éviter le surpoids ou l’insuffisance pondérale et une consommation très modérée d’alcool sont des facteurs importants dans la nutrition. Il faut également prêter attention à l’absorption du magnésium (céréales, noix et légumineuses), des oligo-éléments : zinc (poisson, fromage, céréales), sélénium (poisson, orge) et acide folique (foie, reins, arachides, graines de tournesol).

L’Association allemande de nutrition (DGE) définit l’alimentation saine en 10 règles. Les recommandations alimentaires pour les patients atteints d’un déficit en alpha-1-antitrypsine sont basées sur ces 10 règles. Les patients souffrant d’un déficit en alpha-1-antitrypsine doivent consommer plus de protéines (20 % de la demande énergétique totale), plus de graisses saines (40 % de la demande énergétique totale) et moins de glucides (30 % de la demande énergétique totale) que les personnes en bonne santé.

10 règles
  1. Alimentation variée
    Utilisez des aliments régionaux et saisonniers, aussi naturellement que possible. Choisissez principalement des aliments à base de plantes.
  2. Beaucoup de céréales et de pommes de terre
    Sous forme de nouilles complètes, de pain, de flocons, de céréales grossièrement moulues, de semoule, etc., ces aliments apportent beaucoup de vitamines, de minéraux, de fibres (besoin quotidien : 30-40 g) et de substances végétales secondaires. Un apport important en fibres réduit le risque de nombreuses maladies liées à l’alimentation, telles que l’obésité, le diabète ou l’augmentation du taux de cholestérol. Ils renforcent le système immunitaire et, en combinaison avec le lait, les produits laitiers ou les œufs, sont de très bonnes sources de protéines.
  3. Fruits et légumes – 5 portions par jour
    Prenez 5 portions de fruits/légumes par jour. Une partie est le montant qui tient dans une main. Les fruits contiennent beaucoup de fructose, un glucide qui fournit beaucoup de calories d’une part et qui augmente la production de CO2 dans le foie d’autre part, rendant la respiration difficile. Il est donc recommandé de ne consommer que 2 portions de fruits et 3 portions de légumes, frais ou surgelés. Les fruits et légumes fournissent beaucoup de vitamines, de minéraux, de fibres et de substances végétales secondaires. Ils peuvent enrichir le menu sous forme de crudités, de salades, d’accompagnements chauds, de plats courts et dans de nombreuses autres variations de manière saine, colorée et variée. Les légumineuses telles que les lentilles, les haricots, le maïs et le soja sont des sources végétales idéales de protéines et de magnésium.
  4. Lait et produits laitiers quotidiens, une ou deux fois par semaine ; poisson, viande, saucisses et œufs avec modération
    La recommandation de 300-600 g par semaine s’applique à la viande/ saucisson, où la viande blanche est plus saine que la viande rouge. La viande est un bon fournisseur de B1, B6 et B12 (transport d’oxygène). Le poisson, de préférence le poisson de mer, est une bonne source d’iode, de sélénium et d’acides gras oméga-3. Les acides gras oméga-3 renforcent le système cardiovasculaire et le système immunitaire. Le saumon, le hareng, le maquereau, le thon et les sardines sont très sains. Le lait et les produits laitiers fournissent des niveaux particulièrement élevés de calcium et de vitamine D (également produits dans la peau lors de l’exposition au soleil). Le lait et les produits laitiers sont une excellente source de protéines sous forme de desserts ou de snacks.
  5. Des aliments moins gras et plus riches en matières grasses
    Cette recommandation s’applique aux personnes en bonne santé. Pour les Alpha, il est recommandé d’utiliser davantage de graisses, dans ce cas des graisses saines. Les graisses saines comprennent les graisses végétales, qui sont riches en calories et contiennent de nombreuses vitamines liposolubles (A, D, E, K, A), ainsi que des acides gras essentiels, tels que les acides gras oméga-3. Les huiles de tournesol, de soja, de lin, de chanvre et de noix sont riches en acides gras oméga-3. Les noix telles que les noix, les noix de macadamia et les noix de cajou sont également riches en acides gras oméga-3. Les acides gras saturés, en particulier d’origine animale, augmentent le risque de troubles du métabolisme des graisses et donc le risque de maladies cardiovasculaires. Il faut donc être économe en graisses animales et utiliser peu de fast food et de produits prêts à consommer. Regardez votre consommation quotidienne de viande/saucisse, de sucreries et de pâtisseries.
  6. Sucre et sel avec modération
    Consommez peu de sucre et de la nourriture, y compris des boissons, faite avec différents types de sucre. L’apport en glucides doit être réduit, car une grande partie du dioxyde de carbone est produite lors de sa décomposition. Le dioxyde de carbone doit être exhalé par les poumons. En cas de modification de la structure des poumons, l’échange gazeux peut être perturbé. Une production accrue de dioxyde de carbone par des aliments riches en glucides a un effet négatif sur ce point. Faites attention au sel et utilisez plutôt des herbes fraîches ou surgelées. Ils fournissent de grandes quantités de vitamines, de minéraux et de substances végétales secondaires qui stimulent le métabolisme et renforcent le système immunitaire. Le sel peut être utilisé en petites quantités, de préférence enrichi d’iode et de fluor, dans la cuisine.
  7. Buvez suffisamment
    La préférence est donnée à l’eau à faible teneur en carbone, aux tisanes et aux thés de fruits sans sucre, aux jus de légumes, au café, au thé noir et au thé vert (maximum 5 tasses par jour). Les boissons gazeuses, les boissons au cola, les boissons aux jus de fruits et les nectars de fruits, mais aussi les jus de fruits purs, sont malsains. Ils contiennent beaucoup de fructose, qui est décomposé dans le foie en CO2, ce qui rend l’expiration plus difficile. De petites quantités d’alcool sont autorisées après consultation du médecin, à condition qu’il n’y ait pas de dommages au foie.
  8. Préparer vos repas avec soin
    Cette règle vise à préserver les nutriments et signifie : préparer les aliments dans peu d’eau et de graisse et à la vapeur, cuire à la vapeur, faire mijoter dans un Römertopf, dans un film à rôtir, griller etc. et utiliser des aliments frais ou surgelés.
  9. Prenez votre temps
    Manger ne doit pas seulement être agréable, mais aussi fournir à l’organisme les nutriments dont il a besoin pour ses processus métaboliques. Manger trop vite peut conduire à l’obésité, car la sensation de satiété n’est pas ressentie. Mâchez bien, prenez le temps de manger et donnez au corps les 15 minutes dont il a besoin pour signaler « je suis rassasié ». Pour les patients déficients en alpha-1-antitrypsine, l’alimentation peut également être très éprouvante et la sensation de satiété peut rapidement se faire sentir. Pour ces patients, il est important de prendre au moins 6 à 8 petits repas par jour pour répondre à leurs besoins alimentaires. Selon les circonstances, il peut également être judicieux de boire des aliments, dont 200 ml contiennent entre 300 kcal et 400 kcal et tous les nutriments essentiels. Enrichir l’alimentation avec de la poudre de protéines peut aider à développer les muscles.
  10. Surveillez votre poids et continuez à bouger
    Le mouvement est synonyme de renforcement musculaire, de développement musculaire et de remise en forme. Le mouvement favorise la respiration. Essayez de garder un poids normal et sain. Des valeurs cibles telles que l’IMC et le tour de taille vous aideront à y parvenir. Un indice de masse corporelle compris entre 18,5 et 24,9 est souhaitable. Faites également attention au tour de taille, car la répartition des graisses dans l’organisme influence le développement des maladies cardiovasculaires. Les hommes doivent viser un tour de taille inférieur à 93 cm, les femmes un tour de taille inférieur à 80 cm.

Source: Alpha-1 Deutschland

 

Social media sharing
Menu